Impact Carbone Amoès

Bilan Carbone 2020 d'Amoès

L'impact carbone émane du bilan des émissions de carbone effectué au sein de l'entreprise Amoès. Réalisé à partir de notes de frais et d'observations, cet Impact Carbone s'inspire de la version 6.1 du Bilan Carbone préconisée par l'ADEME en juin 2010. Ce bilan réalisé chaque année permet de définir des objectifs environnementaux à respecter et à compenser nos propres émissions de CO2 auprès de Microsol depuis l'année 2013. 

Pendant l’année 2020, l’activité professionnelle d’Amoès a généré un volume de gaz à effet de serre estimé autour de 4.55 tonnes équivalent carbone. Ce bilan, bien sûr marqué par le caractère exceptionnel de la situation sanitaire, est sensiblement en baisse par rapport à celui de l'année précédente, en valeur absolue alors même que le nombre d'employés a augmenté. Ainsi les émissions par employé ont baissé pour passer de 0.24 à 0.18 t eq C/employé.

Notree partenariat avec Microsol continue, et permettra de financer jusqu'en 2023 le projet Utsil Naj au Honduras, dédié au développement de foyers de cuisson améliorés en lieu et place des foyers traditionnels, source de 4 millions de morts tous les ans. La contribution d'Amoès se fait avec un prix forfaitairement fixé de 48 euros par tonne de CO2.

Vous pouvez retrouver le rapport complet de l’année 2020, ainsi que tous nos anciens bilans depuis notre création : 2019, 20182017, 2016, 2015, 2014, 2013, 2012, 2011, 2010, 2009, 2008 et 2007.

À année spéciale, bilan carbone spécial...

L’impact carbone des déplacements, professionnels comme domicile/travail, a été fortement impacté. Le chauffage des locaux a également diminué ; en revanche, l’impact carbone de l’achat de matériel et surtout, SURTOUT, celui de l’impact du numérique ont nettement augmenté.

Bilan Carbone 2020

Les consommations d’énergie des locaux sont responsables de 4% des émissions de carbone de l’entreprise – contre 6% en 2019. Cette diminution s’explique par un temps de travail dans les agences réduits du fait du télétravail.

Les déplacements professionnels représentent 6% des émissions avec 0.26 t. eq C. C’est plus qu’en 2019 malgré une division par plus de deux des kilomètres parcourus. La voiture a été plus utilisée en 2020 qu’en 2019, expliquant ainsi ce résultat.

Les déplacements domicile-travail ont été largement réduits en 2020 avec la crise sanitaire et le télétravail. Les employés d’Amoès avaient parcouru plus de 68 000km en 2019 pour aller travailler contre 29000 km en 2020. Les déplacements domicile-travail sont alors responsables d’une très faible part des émissions totales en 2020 (0.4% avec 0.02 t. eq C).

Les achats de matériels et de fournitures réalisés en 2020 représentent en tout 10% des émissions du bilan carbone avec 0.49 t. eq C. Les achats de matériels informatiques avec 0.21 t. eq C soit 5% des émissions et les achats liés à la crise sanitaire (masques, gel hydroalcoolique) avec 0.17 t. eq C (4%), sont responsables de la plus grande partie des émissions de ce poste.

Enfin, c’est le poste des NTIC qui le plus important poste d’émission en 2020. Le numérique est responsable de plus de 79% des émissions de la société avec près de 3.6 t. eq C émises. En 2019, ce poste représentait 2.78 t. eq C du bilan carbone. L’augmentation au cours de l’année 2020 est due à une augmentation constante du stockage et partage de données via la Dropbox mais surtout à l’utilisation nouvelle de la visioconférence. La part du numérique dans l’impact carbone est d’autant plus importante avec la réduction de l’impact des autres postes et en particulier de celui des déplacements.

Globalement, le bilan des employés d’Amoès est stable – voire en baisse. En dehors des trajets réalisés en avion en 2016, les employés dont le nombre augmente chaque année, génèrent des émissions de l’ordre de 0.25 t. eq C par personne par an. L’année 2020 marque une baisse plus nette des émissions avec 0.18 t. eq C par employé du fait de la crise sanitaire qui a eu un impact important sur les habitudes de travail. Ce sont également les efforts des employés et de l’entreprise qui sont à l’origine de cette diminution. De nombreux efforts sont faits dans les déplacements mais aussi dans les achats réalisés et dans la consommation énergétique des agences. Ils permettent de compenser une partie des émissions liées au numérique qui sont toujours plus importantes.

Pour limiter ceci, nous mettons en place des procédures pour limiter la taille de nos boites mail, éviter les mail avec pièces jointes ou bien réduire la résolution de nos vidéos (voire privilégier les conférences audio plutôt que visio).