Séminaire confiné... mais séminaire quand même !

Adaptation, c'est le mot-clé de l'année : un an après notre séminaire 2019 en Bretagne, Amoès a fait le choix d'une version "confinée" pour la cuvée 2020. On garde le principe des restitutions techniques et du travail en groupe, mais sans les retrouvailles habituelles, et avec de la visio et des masques au menu.

Comme tous les ans, le séminaire débute par une présentation du bilan carbone annuel d'Amoès : rendez-vous ici pour la synthèse !

Grand plongeon dans les piscines

Si vous êtes habitués de nos actualités, vous connaissez l'intérêt d'Amoès pour ces bâtiments, techniquement très complexes et soulevant des enjeux considérables sur les consommations d'eau et d'énergie. Nous avions déjà parlé de ce sujet l'an passé, avec l'expérimentation du label BEPOS sur la piscine de Bourgoin (dont nous vous reparlerons prochainement) ou encore nos travaux de R&D sur le sujet : suite de la thématique cette année !

19AC01 Pantin 03

Rénovation et extension de la piscine de Pantin - Atelier Novembre et TNA

"Les piscines pour les nuls" : une partie de l'équipe piscine (Aurélie, Julie, Marion et Vincent) nous a ainsi fait une large présentation : ventilation et gestion de l'hygrométrie, confort et performance énergétique pour les halles et les bassins, ou encore qualité sanitaire de l'air et de l'eau. Une bonne occasion pour tout le monde de s'approprier les spécificités de ces bâtiments.

En complément, le séminaire a permis de faire la restitution de plusieurs travaux de R&D réalisés sur le sujet :

  • Rémy a présenté son travail de modélisation sur la protection contre le vent pour les bassins extérieurs (avec le logiciel Urbawind) et son impact sur l'évaporation et la performance énergétique : nous avons notamment étudié ce sujet sur les piscines de Chatillon, de Millau ou de Font-Romeu ;
  • Marion a étudié la modélisation sous TRNSys des déperditions par les parois des bassins ;
  • enfin, Victor a présenté son travail sur le calcul de l'évaporation dans les bassins et la comparaison des consommations énergétiques pour les bassins intérieurs et extérieurs.

De la domotique aux GTB, fonctionnement et impact carbone

C'est également un sujet très actuel et récurrent : nombreux sont les projets où la domotique est mise en avant pour son potentiel de réduction des consommations, sans forcément s'attarder sur d'autres consommations électriques induites, un éventuel effet rebond, ou encore le poids carbone du matériel mis en oeuvre.

C'est le sujet creusé par Géraldine depuis cet été, avec une étude sur l'impact carbone induit par les systèmes de domotique, en tenant compte aussi bien du matériel que (plus marginalement) des surconsommations induites. Sujet corollaire : les études E+C- que nous réalisons ou que nous analysons ont souvent le défaut de s'en remettre faute de mieux à des valeurs forfaitaires pour l'évaluation des lots techniques (CVC, plomberie, électricité...) : en s'appuyant notamment sur le projet de Paul Meurice, Rémy a étudié ce sujet en comparant sur un bâtiment donné l'évaluation forfaitaire ou détaillée des lots techniques.

Enfin, toujours sur ce sujet de la programmation des systèmes techniques dans le bâtiment, Lucie et Théofane nous ont fait une présentation générale sur le sujet des GTB et de leur fonctionnement.

Bilan carbone de quartiers et climat prospectif

On vous en avait parlé au début d'année : nous avons lancé le projet €O2 avec nos amis d'une autre ville, un travail de R&D visant à évaluer de manière conjointe le bilan carbone et le bilan financier d'une opération d'aménagement, de manière à prendre le plus tôt possible les bons arbitrages sur le sujet. Le développement est toujours en cours et s'est intensifié cet été : nous devrions vous en dire plus très prochainement, avec un cas d'étude sur un projet réel ! En attendant, c'est Alice et Bernardo qui ont présenté à toute l'équipe le travail réalisé sur l'outil.

Toujours au registre de l'anticipation dans les quartiers, Marine a fait la synthèse d'un travail de R&D au long cours sur le climat prospectif et les fichiers météo de nos STD, un sujet que nous avons eu l'occasion de creuser en profondeur dans le cadre de nos études pour les futurs Jeux Olympiques.

Enfin, le fil rouge du séminaire a été la réalisation de fresques du climat, avec un travail en petits groupes et un débriefing le dernier jour.

Fresque Du Climat Logo

Télétravail et confinement, quelles suites ?

Enfin, le séminaire est également l'occasion d'une session dédiée à la prévention des risques RPS (risques psychosociaux), une démarche initiée depuis 5 ans dans l'entreprise. Cette année, Lucie, Romain, Bernadette et Lauriane avaient préparé des ateliers sur les sujets du (dé)confinement et du télétravail, un sujet qui a bien sûr pris de l'ampleur cette année et va nous amener, comme bien d'autres, à faire évoluer nos pratiques sur le sujet.

Rendez-vous l'année prochaine, et au grand air !