Des nouvelles de Paris 2024 : Amoès mandataire du groupement Hysplex, et retour sur l'année écoulée

Quelques nouvelles de Paris 2024 et de l'un de nos projets phares : l'AMO excellence environnementale pour l'ensemble des ouvrages olympiques auprès de la SOLIDEO !

Nous venons d'arriver à un moment charnière de ce marathon, avec la transition de la phase "Build" (mise en place des méthodologies, première version des calculs, établissement des documents de prescription) à la phase "Run" (suivi de la conception et de la réalisation des ouvrages). Cette bascule s'est également traduite dans l'organisation de notre groupement d'AMO Hysplex (constitué avec nos co-traitants une autre ville, Trans-Faire et Elioth) : conformément à ce qui était prévu au démarrage du projet, Amoès a pris la suite de une autre ville comme mandataire du groupement. Une belle occasion de faire un point sur l'avancement de cette mission exceptionnelle !

Un village pour les athlètes, un autre pour les médias

Le Village Olympique et Paralympique et le Cluster des Médias sont les deux grands morceaux de ville qui vont être construits à l'occasion des Jeux : immenses chantier sous la maîtrise d'ouvrage directe de la SOLIDEO, ils nous ont occupé une belle partie de l'année.

Sur le Village, et en coordination avec le groupement de maîtrise d'oeuvre urbaine DPA et une fabrique de la ville, nous avons rédigé un Cahier des Prescriptions d'Excellence Environnementale (CPEE) ambitieux, faisant la part belle aux sujets du carbone, de l'énergie, du confort et de la résilience en climat 2050, et de la biodiversité. Les deux groupements lauréats ont été désignés en novembre dernier : nous avons depuis réalisé plusieurs ateliers avec les concepteurs, et la prochaine échéance sera le dépôt des pré-PC au printemps.

Côté Cluster, nous avons rédigé un Cahier des Prescriptions Architecturales, Urbaines, Paysagères et Environnementales (CPAUPE) en coordination avec le groupement de maîtrise d'oeuvre mené par TVK. Pour ces lots, l'accent a été particulièrement mis sur une approche de sobriété architecturale et bas carbone, et encore le thème du confort, de la biodiversité et de la santé. Les consultations sont en cours, et les ateliers avec les candidats ont lieu en ce moment même.

Des ouvrages en supervision

Aux côtés des deux grands "villages", de nombreux bâtiments et infrastructures vont être construits ou réhabilités en vue des Jeux. Il s'agit aussi bien d'équipements sportifs d'exception (futur Centre Aquatique Olympique, salle de l'Arena 2, Stade de France, court Suzanne Langlen...) que de sites d'entraînement (piscines de Marville, d'Aubervilliers, d'Aulnay ou de Bondy). La supervision concerne aussi la réhabilitation de plusieurs ouvrages franciliens, avec des gymnases (Poissonniers à Paris, Guy Moquet à Aubervilliers, Pablo Neruda à Saint Ouen) et des complexes sportifs (Bertrand Dauvin ou Max Rousié à Paris, Auguste Delaune à Saint Denis, ...)

Enfin, nous travaillons sur des programmes plus singuliers , tel l'éco quartier fluvial sur l'ïle-Saint-Denis, la Marina de Marseille ou encore des ouvrages de travaux publics (enfouissement de lignes RTE, échangeur autoroutier sur l'A86...)

Des bâtiments et des infrastructures très différents, avec leurs caractéristiques et leurs enjeux propres, mais ayant en commun d'ambitieux objectifs environnementaux et budgets carbone, que nous avons défini au cours de l'année passée.

Et du carbone

L'un des fils rouges de ce travail aura en effet été le sujet du carbone. Comme tout ce qui concerne les Jeux, les ouvrages olympiques sont en effet dotés d'un objectif de bilan carbone. Au sein du groupement Hysplex, notre travail de cette année aura consisté à réaliser le bilan prévisionnel des villages et de tous les ouvrages en supervision, afin de définir des budgets carbone alloués aux différents maîtres d'ouvrage et constructeurs.

Côté Amoès, nous nous sommes particulièrement attelés au bilan carbone du Village des athlètes : outre l'impact de de la construction des bâtiments et de leur consommation énergétique, des sujets devenus familiers, l'enjeu de ce travail aura été d'élargir le périmètre d'analyse, notamment sur les espaces publics et les déplacements induits. C'est l'un des grands chantiers qui ont ouvert la voie à notre projet de R&D sur le sujet des bilans carbone et financier d'opérations d'aménagement, lancé en ce début d'année avec nos confrères d'une autre ville.

Et ça continue !

Plus d'un an après le début de la mission, le marathon de la préparation des Jeux se poursuit donc, et s'apprête à rentrer dans une nouvelle phase, avec le suivi opérationnel de la conception puis la construction de dizaines d'ouvrages et de centaines de bâtiments. C'est un levier et une vitrine immenses pour la construction de demain... qui sera bas carbone ou ne sera pas !